Karine Giébel: D'ombre et de silence

Здесь есть возможность читать онлайн «Karine Giébel: D'ombre et de silence» весь текст электронной книги совершенно бесплатно (целиком полную версию). В некоторых случаях присутствует краткое содержание. Город: Paris, год выпуска: 2017, ISBN: 978-2714478467, издательство: Éditions Belfond, категория: Триллер / на французском языке. Описание произведения, (предисловие) а так же отзывы посетителей доступны на портале. Библиотека «Либ Кат» — LibCat.ru создана для любителей полистать хорошую книжку и предлагает широкий выбор жанров:

любовные романы фантастика и фэнтези приключения детективы и триллеры эротика документальные научные юмористические анекдоты о бизнесе проза детские сказки о религиии новинки православные старинные про компьютеры программирование на английском домоводство поэзия

Выбрав категорию по душе Вы сможете найти действительно стоящие книги и насладиться погружением в мир воображения, прочувствовать переживания героев или узнать для себя что-то новое, совершить внутреннее открытие. Подробная информация для ознакомления по текущему запросу представлена ниже:

Karine Giébel D'ombre et de silence
  • Название:
    D'ombre et de silence
  • Автор:
  • Издательство:
    Éditions Belfond
  • Жанр:
    Триллер / на французском языке
  • Год:
    2017
  • Город:
    Paris
  • Язык:
    Французский
  • ISBN:
    978-2714478467
  • Рейтинг книги:
    3 / 5
  • Ваша оценка:
    • 60
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
  • Избранное:
    Добавить книгу в закладки

D'ombre et de silence: краткое содержание, описание и аннотация

Предлагаем к чтению аннотацию, описание, краткое содержание или предисловие (зависит от того, что написал сам автор книги «D'ombre et de silence»). Если вы не нашли необходимую информацию о книге — напишите в комментариях, мы постараемся отыскать её.

« Écrire une nouvelle, c'est tenter, en quelques lignes, de donner vie à un personnage, de faire passer au lecteur autant d'émotions qu'en plusieurs centaines de pages. C'est en cela que la nouvelle est un genre littéraire exigeant, difficile et passionnant. » Karine Giebel « Partir sans lui dire au revoir. Parce que je me sens incapable d'affronter ses larmes ou de retenir les miennes. L'abandonner à son sort. Parce que je n'ai plus le choix. (…) Je m'appelle Aleyna, j'ai dix-sept ans. Aleyna, ça veut dire éclat de lumière. (…) J'ai souvent détesté ma vie. Je n'ai rien construit, à part un cimetière pour mes rêves. Là au moins, on ne pourra pas me les voler. » Si les romans de Karine Giébel sont parmi les plus lus en France et ont fait le tour du monde, celle-ci excelle depuis quelques années dans un genre tout aussi exigeant : la nouvelle, où elle condense en quelques pages seulement toute la force de ses romans. réunit huit textes, dont certains sont inédits et d'autres restés jusqu'à aujourd'hui très confidentiels. Voici l'occasion de (re)découvrir Karine Giébel intensément, grâce à ce recueil de nouvelles noires, humaines, engagées… Grande collectionneuse de prix littéraires et maître ès-thriller psychologique, Karine Giébel est née en 1971 dans le Var. Après deux premiers romans, , réédité chez Belfond en 2016, et (La Vie du rail, 2004, 2006), elle publie huit romans chez Fleuve éditions, parmi lesquels en 2007, Prix Intramuros du Festival Polar de Cognac 2008, et en 2012, pour lequel elle est récompensée par le Prix Polar francophone 2012. (Fleuve, 2013) confirme son talent et la consacre définitivement « reine du polar ». Après (Fleuve, 2014), elle rejoint les éditions Belfond pour la parution de son dernier polar en 2016, , qui a rencontré un succès immédiat en librairie. Biographie de l'auteur

Karine Giébel: другие книги автора


Кто написал D'ombre et de silence? Узнайте фамилию, как зовут автора книги и список всех его произведений по сериям.

D'ombre et de silence — читать онлайн бесплатно полную книгу (весь текст) целиком

Ниже представлен текст книги, разбитый по страницам. Система автоматического сохранения места последней прочитанной страницы, позволяет с удобством читать онлайн бесплатно книгу «D'ombre et de silence», без необходимости каждый раз заново искать на чём Вы остановились. Не бойтесь закрыть страницу, как только Вы зайдёте на неё снова — увидите то же место, на котором закончили чтение.

Alors, Alban décida qu’il ferait tout pour parler à Aurore, pour parvenir à percer ses noirs secrets. Il décida qu’il la forcerait à partager ses douleurs intimes, qu’il était assez fort pour les porter sur ses épaules.

Les écouteurs vissés sur les oreilles, il regardait le quai. Il vit arriver une jeune femme. Une habituée. Il la voyait tous les lundis lorsqu’il prenait le 17 h 36. Ainsi que chaque vendredi matin, le seul jour où il commençait tôt au lycée. Comme lui, elle n’avait pas l’air de faire partie de ce monde. Une femme étrange, repliée sur une douleur inconnue et engluée dans ses petites manies, tel un oiseau dans une marée noire.

Chaque lundi soir — et sans doute chaque jour de la semaine —, elle s’asseyait à la même place, au fond du wagon. Chaque lundi soir, elle prenait un roman dans son sac, plongeait le nez dedans, ignorant superbement le reste de l’humanité. Celle-là même qui avait déversé le pétrole sur l’océan où elle se noyait.

Et, toutes les cinq minutes, elle vérifiait que son sac était bien fermé.

Alban aimait la regarder en douce. Il se plaçait en général sur les sièges en sens inverse, de façon à pouvoir l’observer sans en avoir l’air.

Il la trouvait jolie. Même si elle était loin des canons de beauté habituels. Ceux qu’on lui servait sur un plateau télé chaque soir.

Même si, visiblement, elle s’évertuait à dissimuler ses charmes.

Ce qui, à ses yeux, la rendait plus belle encore.


Lorsque le train démarra, personne ne s’était assis à côté d’Alban, qui monta le son de ses écouteurs. Il jeta un œil vers l’inconnue et eut la surprise de la voir lire non pas un roman, mais une lettre. À son sourire, il comprit que c’était une lettre d’amour.

Il fut jaloux.

Terriblement jaloux.

Elle, au moins, recevait des lettres. Elle, au moins, était aimée par quelqu’un qui prenait la peine de lui écrire.

Il cessa de la regarder. D’ailleurs, il se promit qu’il ne la regarderait plus. Qu’il lui tournerait désormais le dos.

Il quitta à nouveau ce monde. Ce soir, entre Marseille et Carry-le-Rouet, il serait un justicier. Il sauverait cette mystérieuse femme des griffes d’un homme violent et sanguinaire.

Demain, sur le même trajet, il serait peut-être un grand guerrier.

Tout, sauf être lui-même.

Tout, sauf être une erreur de la nature.


Lundi 9 mai, 23 h 02

Comme la vie est étrange ! Hier soir, sur ce même cahier, je me lamentais. Je criais ma souffrance. Et aujourd’hui, je suis la personne la plus heureuse de tout l’univers, j’en suis sûre ! Aujourd’hui, enfin, Maxime m’a parlé… Ce n’est pas la première fois, bien sûr, mais aujourd’hui c’était différent. Tellement différent…

Ça s’est passé à la sortie du bahut, à 14 heures. J’étais dans la rue, je fumais une cigarette et il est arrivé. Il m’a souri, m’a demandé une clope, l’a fumée avec moi. J’avais les mains qui tremblaient et je crois qu’il s’en est aperçu… Quelle conne ! Mais après tout, ça lui a sans doute permis de comprendre le trouble qu’il déclenche en moi. Nous avons parlé de choses et d’autres. Du lycée, des cours… Je buvais chacune de ses paroles. Je n’en ai oublié aucune, ponctuation comprise ! J’adore l’entendre parler. Je pourrais passer ma vie à l’écouter, j’en suis sûre.

C’est ensuite que le miracle s’est produit. Quand je lui ai dit que j’allais prendre le train, Maxime m’a proposé de me raccompagner en voiture. Pourtant, Carry-le-Rouet, ce n’est pas du tout son chemin, vu qu’il habite à Marseille ! Mais il m’a dit que ça ne le dérangeait pas. Qu’il avait le temps…

Monter dans sa voiture, être assise près de lui, ailleurs que dans une salle de classe… J’aurais voulu qu’il y ait dix mille kilomètres entre le lycée et la maison ! Nous avons continué à parler durant tout le trajet. D’ailleurs, je crois que j’ai un peu trop parlé… sans doute pour masquer mon malaise.

Plusieurs fois, il m’a regardée. Un regard appuyé, sans équivoque. Plusieurs fois, il m’a souri.

Lorsque nous sommes arrivés devant la maison, je l’ai remercié. J’aurais voulu trouver une excuse pour l’inviter à entrer, j’aurais voulu que cette journée ne finisse jamais. Quand on s’est séparés, il a posé sa main sur mon bras, a effleuré mes cheveux.

Alors, j’ai compris. Je sais désormais que je lui plais, je sais que ce que je ressens n’est pas à sens unique.

Lorsque je suis rentrée dans la maison déserte, j’ai poussé un énorme cri ! J’ai couru jusque dans ma chambre, j’ai hurlé à nouveau. Et puis j’ai pleuré. Il fallait que je laisse exploser toute cette émotion, toute cette joie. Il m’aime ! Je n’arrive pas encore à y croire… Cette journée a changé ma vie ! Désormais, j’ai espoir. Je sais que tout est possible. Ce n’est sans doute qu’une question de patience.

Ma souffrance s’est envolée, mon cœur a retrouvé l’envie de battre.

Ma bouche, le chemin du sourire.


Mon Dieu, il m’aime.

Ma vie ne sera plus jamais la même.


Mardi 10 mai, 9 h 55

Alban quitta le bâtiment et alla directement s’asseoir au pied d’un gros platane. Son seul ami, finalement. Immobile. Forcément fidèle.

Il sortait du cours de français. La pire des punitions. Approfondir une langue qu’on n’arrive pas à parler… Mais c’était pareil pour l’anglais et l’allemand. Il n’y avait vraiment que le cours de maths qui lui plaisait. Surtout que le professeur, M. Legendre, était le seul à lui porter une vraie considération. Les autres ne s’occupaient guère de lui. Comme s’ils avaient mieux à faire. Ou comme s’ils ne savaient pas quoi faire de lui.

Oui, Alban les embarrassait.

Il mit les écouteurs sur ses oreilles et tourna la tête vers l’autre côté de la cour. Il regarda sa sœur. Quelque chose avait changé. Comme si, d’un seul coup, elle s’était libérée de chaînes invisibles, mais terriblement lourdes. Alban la trouvait aérienne, volatile, légère comme une plume.

Ça avait commencé la veille au soir. En rentrant du lycée, il était allé la voir dans sa chambre. Et cela faisait longtemps qu’il ne lui avait pas vu un visage aussi radieux, un sourire aussi beau.

Tandis qu’Alban l’observait, Aurore parlait avec ses copines. Elles étaient quatre, assises sur un banc devant le bâtiment D. C’est alors qu’un garçon s’approcha du groupe de filles. La bouche d’Alban se crispa légèrement. C’était Maxime Beaulieu, élève de terminale dans la classe de sa sœur. Et rien d’autre, espérait-il. Car Alban l’avait toujours détesté. Sans doute parce qu’il était l’antithèse de lui.

Beau, mince, musclé. Toujours bien habillé, bien coiffé.

Il a deux ans de retard, il va rater son bac, mais ça, tout le monde s’en branle !

Comme il avait déjà dix-neuf ans, il venait au lycée en voiture. Une Golf, en plus. Achetée par ses parents, évidemment. Mais ça aussi, tout le monde s’en moquait.

Il collectionnait les conquêtes comme Alban collectionnait les emmerdes. Et tout le monde trouvait que ça aussi, c’était normal.

Voilà qu’il parle à ma sœur, maintenant. Il lui tourne autour, c’est sûr. Mais elle est trop intelligente pour se laisser avoir, aucun doute. Pourtant, je n’aime pas le sourire qu’elle lui tend. La façon dont elle le regarde.

Читать дальше

Похожие книги на «D'ombre et de silence»

Представляем Вашему вниманию похожие книги на «D'ombre et de silence» списком для выбора. Мы отобрали схожую по названию и смыслу литературу в надежде предоставить читателям больше вариантов отыскать новые, интересные, ещё не прочитанные произведения.


Franck Thilliez: Rêver
Rêver
Franck Thilliez
Karine Giébel: Juste une ombre
Juste une ombre
Karine Giébel
Karine Giébel: Les morsures de l'ombre
Les morsures de l'ombre
Karine Giébel
Karine Giébel: Terminus Elicius
Terminus Elicius
Karine Giébel
Отзывы о книге «D'ombre et de silence»

Обсуждение, отзывы о книге «D'ombre et de silence» и просто собственные мнения читателей. Оставьте ваши комментарии, напишите, что Вы думаете о произведении, его смысле или главных героях. Укажите что конкретно понравилось, а что нет, и почему Вы так считаете.