Karine Giébel: Juste une ombre

Здесь есть возможность читать онлайн «Karine Giébel: Juste une ombre» весь текст электронной книги совершенно бесплатно (целиком полную версию). В некоторых случаях присутствует краткое содержание. Город: Paris, год выпуска: 2012, ISBN: 978-2265096493, издательство: Éditions Fleuve Noir, категория: Триллер / на французском языке. Описание произведения, (предисловие) а так же отзывы посетителей доступны на портале. Библиотека «Либ Кат» — LibCat.ru создана для любителей полистать хорошую книжку и предлагает широкий выбор жанров:

любовные романы фантастика и фэнтези приключения детективы и триллеры эротика документальные научные юмористические анекдоты о бизнесе проза детские сказки о религиии новинки православные старинные про компьютеры программирование на английском домоводство поэзия

Выбрав категорию по душе Вы сможете найти действительно стоящие книги и насладиться погружением в мир воображения, прочувствовать переживания героев или узнать для себя что-то новое, совершить внутреннее открытие. Подробная информация для ознакомления по текущему запросу представлена ниже:

Karine Giébel Juste une ombre
  • Название:
    Juste une ombre
  • Автор:
  • Издательство:
    Éditions Fleuve Noir
  • Жанр:
    Триллер / на французском языке
  • Год:
    2012
  • Город:
    Paris
  • Язык:
    Французский
  • ISBN:
    978-2265096493
  • Рейтинг книги:
    5 / 5
  • Ваша оценка:
    • 100
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
  • Избранное:
    Добавить книгу в закладки

Juste une ombre: краткое содержание, описание и аннотация

Предлагаем к чтению аннотацию, описание, краткое содержание или предисловие (зависит от того, что написал сам автор книги «Juste une ombre»). Если вы не нашли необходимую информацию о книге — напишите в комментариях, мы постараемся отыскать её.

Tu te croyais forte. Invincible. Installée sur ton piédestal, tu imaginais pouvoir régenter le monde. Tu manipules ? Tu deviendras une proie. Tu domines ? Tu deviendras une esclave. Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable. Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place. Et puis un jour… Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi. À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche. Juste une ombre. Sans visage, sans nom, sans mobile déclaré. On te suit dans la rue, on ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres. On t’observe jusque dans les moments les plus intimes. Les flics te conseillent d’aller consulter un psychiatre. Tes amis s’écartent de toi. Personne ne te comprend, personne ne peut t’aider. Tu es seule. Et l’ombre est toujours là. Dans ta vie, dans ton dos. Ou seulement dans ta tête ? Le temps que tu comprennes, il sera peut-être trop tard… Tu commandes ? Apprends l’obéissance. Tu méprises ? Apprends le respect. Tu veux vivre ? Meurs en silence… Karine Giébel a reçu le Prix Marseillais du Polar en 2005 pour , son premier roman ; le prix Intramuros, le prix Polar SNCF et le prix Derrière les murs pour . Meurtres pour rédemption Ses livres sont traduits dans plusieurs pays, et, pour certains, en cours d’adaptation audiovisuelle. Juste une ombre

Karine Giébel: другие книги автора


Кто написал Juste une ombre? Узнайте фамилию, как зовут автора книги и список всех его произведений по сериям.

Juste une ombre — читать онлайн бесплатно полную книгу (весь текст) целиком

Ниже представлен текст книги, разбитый по страницам. Система автоматического сохранения места последней прочитанной страницы, позволяет с удобством читать онлайн бесплатно книгу «Juste une ombre», без необходимости каждый раз заново искать на чём Вы остановились. Не бойтесь закрыть страницу, как только Вы зайдёте на неё снова — увидите то же место, на котором закончили чтение.

KARINE GIÉBEL

Juste une ombre

À Stéphane, pour ces seize dernières années,

et toutes celles qui restent à venir.

Prologue

La rue est longue. Étroite. Obscure et humide.

Je n’ai pas très chaud dans mon manteau. Pour ne pas dire froid. Dans le dos, surtout.

J’accélère, pressée de retrouver ma voiture. Et mon lit, l’instant d’après.

Je n’aurais pas dû me garer si loin. Je n’aurais pas dû boire autant. Partir si tard.

D’ailleurs, je n’aurais pas dû aller à cette soirée. À archiver dans les moments gâchés. Les temps perdus, si nombreux. Cette soirée, j’aurais mieux fait de la passer en compagnie d’un bon livre ou d’un beau mec. Mon mec.

La moitié des lampadaires est en panne. Il fait sombre, il fait tard. Il fait seul.

Le bruit de mes pas se cogne aux murs sales. Je commence sérieusement à avoir froid. Et sans trop savoir pourquoi, à avoir peur. Sentiment vague, diffus ; qui m’étrangle en douceur. Deux mains glacées se sont lovées autour de mon cou sans que j’y prenne garde.

Peur de quoi, au fait ? L’avenue est déserte, je ne vais pas me faire attaquer par une poubelle !

Allez, plus qu’une centaine de mètres. Peut-être deux, à tout casser. Rien du tout, quoi…

Soudain, j’entends quelqu’un marcher dans mon dos. Instinctivement, je passe la seconde puis je me retourne.

Une ombre, vingt mètres derrière moi. Un homme, je crois. Pas le temps de voir s’il est grand, petit, gros ou maigre. Juste une ombre, surgie de nulle part. Qui me suit, dans une rue déserte, à 2 heures du matin.

Juste une ombre…

J’entends mon cœur. Je le sens. Curieux comme on peut sentir son cœur, parfois. Alors que la plupart du temps on ne fait pas attention à lui.

J’accélère encore. Lui aussi. Mon cœur aussi.

Je n’ai plus froid, je ne suis plus ivre. Je ne suis plus seule.

La peur avec moi. En moi. Précise, désormais.

Encore un fugace mouvement de tête : la silhouette s’est rapprochée. Désormais, cinq ou six mètres nous séparent. Autant dire rien.

J’essaie de ne pas céder à la panique.

C’est seulement un type qui rentre chez lui, comme moi.

Je bifurque à droite, me mets à courir. Au milieu de la rue, je regarde en arrière : il a disparu. Au lieu de me rassurer, ça finit de me terroriser. Où est-il ?

Il a sans doute continué tout droit ; il a seulement dû rire un bon coup en me voyant paniquer de la sorte ! Je ralentis un peu, tourne encore à droite. Allez, j’y suis presque !

Je débouche enfin dans la rue Poquelin, cherche la clef dans mon sac. La sentir sous mes doigts me fait du bien. Je lève les yeux, repère ma voiture sagement garée au milieu des autres. J’actionne l’ouverture automatique des portières, les clignotants me répondent.

Plus que dix mètres. Plus que cinq. Plus que…

L’ombre surgit d’un renfoncement. Mon cœur se détache et tombe dans le vide.

Choc. Commotion cérébrale.

Il est immense. Entièrement vêtu de noir, une capuche sur la tête.

Je recule d’un pas, simple réflexe. La bouche ouverte sur un hurlement resté coincé au fond de moi.

Cette nuit, dans une rue déserte, sordide, je vais crever ! Il va se jeter sur moi, me poignarder ou me frapper, m’étrangler, m’ouvrir le ventre. Me violer, m’assassiner.

Je ne vois pas son visage, on dirait qu’il n’en a pas.

Je n’entends plus mon cœur, on dirait que je n’en ai plus.

Je ne me vois plus aucun avenir, on dirait que…

Encore un pas en arrière. Lui, un en avant.

Mon Dieu, je vais mourir. Pas maintenant, pas ce soir. Pas ici, pas comme ça… !

Si je cours, il me rattrapera. Si je ne bouge pas, il se jettera sur moi. Si je hurle, il me fera taire. À jamais.

Alors, pétrifiée, je fixe cette ombre sans visage. Je ne pense plus à rien, je ne suis plus rien.

Si, une proie.

J’ai l’impression de voir briller ses yeux dans la pénombre, tels ceux d’un fauve, la nuit.

Ça dure de longues secondes, ce face-à-face. Cet odieux face-à-face.

Lui, contre ma voiture. Moi, contre un mur. Confrontée à ma propre mort.

Et puis soudain, il tourne les talons et s’éloigne, se fondant lentement dans les ténèbres. Ne faisant plus qu’un avec elles, il disparaît.

Mes jambes se mettent à trembler, la clef de ma voiture glisse entre mes doigts. Mes genoux se plient, je m’écroule sur le trottoir. Entre deux poubelles.

Je crois que je viens de me pisser dessus.

Tu mènes une vie normale, banale, plutôt enviable.

Tu sembles avoir réussi, au moins sur le plan professionnel, peut-être même sur le plan personnel. Question de point de vue.

Tu as su t’imposer dans ce monde, y trouver ta place.

Et puis un jour…

Un jour, tu te retournes et tu vois une ombre derrière toi.

Juste une ombre.

À partir de ce jour-là, elle te poursuit. Sans relâche.

Le jour, la nuit, elle est là. Tenace. Déterminée. Implacable.

Tu ne la vois pas vraiment. Tu la devines, tu la sens. Là, juste dans ton dos.

Elle frôle parfois ta nuque. Un souffle tiède, fétide.

On te suit dans la rue, on éteint la lumière derrière toi.

On ouvre ton courrier, on ferme tes fenêtres.

On feuillette tes livres, on froisse tes draps, on pille tes albums secrets.

On t’observe jusque dans les moments les plus intimes.

Tu décides d’alerter les flics qui ne comprennent rien. Qui te conseillent d’aller consulter un psy.

Tu te confies à tes amis ; ils te regardent d’abord bizarrement. S’écartent finalement de toi.

Tu leur fais peur.

Tu as peur.

Elle est toujours là. Juste une ombre. Sans visage, sans nom. Sans mobile déclaré.

Est-ce le diable ? Cette présence invisible qui te hante et pourrit ta vie jusqu’à la rendre insupportable, jusqu’à ce que tu aies envie d’en finir en te jetant sous un train ou dans le vide, en espérant qu’elle ne te suivra pas jusqu’en enfer.

Personne ne te comprend. Personne ne peut t’aider.

Tu es seule.

Ou plutôt, tu aimerais tant être seule.

Mais l’ombre est encore là, toujours là. Dans ton dos, dans ta vie.

Ou seulement dans ta tête… ?

Tu avales de plus en plus de médicaments. Somnifères pour pouvoir dormir alors que tu la sens penchée sur toi. Drogues pour affronter ces journées où tu ne penses qu’à elle.

Plus qu’à elle et à rien d’autre.

Ta vie si parfaite part en lambeaux. S’effrite, lentement mais sûrement.

Inexorablement.

Et l’ombre ricane dans ton dos. Encore et toujours.

Ou dans ta tête… ?

Le temps que tu comprennes, il sera trop tard.

Chapitre 1

Trois heures de sommeil, c’est court. Bien trop court.

Obéir malgré tout à l’injonction barbare du réveil. Se doucher, se maquiller, se coiffer, s’habiller.

Faire comme d’habitude, même si Cloé pressent que rien ne sera plus jamais pareil.

Читать дальше

Похожие книги на «Juste une ombre»

Представляем Вашему вниманию похожие книги на «Juste une ombre» списком для выбора. Мы отобрали схожую по названию и смыслу литературу в надежде предоставить читателям больше вариантов отыскать новые, интересные, ещё не прочитанные произведения.


Отзывы о книге «Juste une ombre»

Обсуждение, отзывы о книге «Juste une ombre» и просто собственные мнения читателей. Оставьте ваши комментарии, напишите, что Вы думаете о произведении, его смысле или главных героях. Укажите что конкретно понравилось, а что нет, и почему Вы так считаете.