Auguste Le Breton: Du rififi chez les femmes

Здесь есть возможность читать онлайн «Auguste Le Breton: Du rififi chez les femmes» весь текст электронной книги совершенно бесплатно (целиком полную версию). В некоторых случаях присутствует краткое содержание. Город: Paris, год выпуска: 2010, ISBN: 978-2259212168, издательство: Éditions Plon, категория: Криминальный детектив / Крутой детектив / на французском языке. Описание произведения, (предисловие) а так же отзывы посетителей доступны на портале. Библиотека «Либ Кат» — LibCat.ru создана для любителей полистать хорошую книжку и предлагает широкий выбор жанров:

любовные романы фантастика и фэнтези приключения детективы и триллеры эротика документальные научные юмористические анекдоты о бизнесе проза детские сказки о религиии новинки православные старинные про компьютеры программирование на английском домоводство поэзия

Выбрав категорию по душе Вы сможете найти действительно стоящие книги и насладиться погружением в мир воображения, прочувствовать переживания героев или узнать для себя что-то новое, совершить внутреннее открытие. Подробная информация для ознакомления по текущему запросу представлена ниже:

Auguste Le Breton Du rififi chez les femmes
  • Название:
    Du rififi chez les femmes
  • Автор:
  • Издательство:
    Éditions Plon
  • Жанр:
    Криминальный детектив / Крутой детектив / на французском языке
  • Год:
    2010
  • Город:
    Paris
  • Язык:
    Французский
  • ISBN:
    978-2259212168
  • Рейтинг книги:
    3 / 5
  • Избранное:
    Добавить книгу в избранное
  • Ваша оценка:
    • 60
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5

Du rififi chez les femmes: краткое содержание, описание и аннотация

Предлагаем к чтению аннотацию, описание, краткое содержание или предисловие (зависит от того, что написал сам автор книги «Du rififi chez les femmes»). Если вы не нашли необходимую информацию о книге — напишите в комментариях, мы постараемся отыскать её.

« Vicky de Berlin », la belle michetonneuse, tient le , bar à filles de Bruxelles. Les frères Napos, propriétaires du décidé de racketter tous les bars de la ville. Affrontement entre tenancières et tapineuses, entre caïds et faussaires. Le « beau Marcel », chargé de l'affaire des faux talbins, devra orchestrer les rivalités entre deux clans, les affaires de filles, de territoires qui ne font pas bon ménage. Le grand classique de référence : Rififi entre nanas et malfrats qui jaspinent, argot pour des talbins, les polkas ou un territoire et vous avez la recette du grand polar à la française ! A la fin, un glossaire d'argot. Né en 1913, Auguste Monfort vit une enfance perdue. Du monde ouvrier qui est le sien, il observe les élites avec curiosité. Naturellement, en autodidacte, il devient romancier décrivant les bas-fonds de Paris et des grandes capitales. Biographie de l'auteur

Auguste Le Breton: другие книги автора


Кто написал Du rififi chez les femmes? Узнайте фамилию, как зовут автора книги и список всех его произведений по сериям.

Du rififi chez les femmes — читать онлайн бесплатно полную книгу (весь текст) целиком

Ниже представлен текст книги, разбитый по страницам. Система сохранения места последней прочитанной страницы, позволяет с удобством читать онлайн бесплатно книгу «Du rififi chez les femmes», без необходимости каждый раз заново искать на чём Вы остановились. Поставьте закладку, и сможете в любой момент перейти на страницу, на которой закончили чтение.

Шрифт:

Интервал:

Закладка:

Сделать

AUGUSTE LE BRETON

Du rififi chez les femmes

I

La voix d’Édith Piaf mourut sur le microsillon, le dernier d’une série. Le tourne-disque grinça avant de s’immobiliser. Un silence ouaté s’abattit dans le bar. Vicky de Berlin allongea machinalement la main, appuya sur un bouton. Son diam de 4 carats, un pur blanc-bleu, étincela sous le lampadaire que cerclait un abat-jour. Un bref déclic. Une autre rengaine s’éleva, assourdie. Vicky se replongea dans sa réussite. Elle était assise à sa place habituelle, à gauche en entrant. Installée de biais devant sa table basse, elle avait à portée le tiroir-caisse et l’appareil à moudre du rêve. Elle décroisa les jambes, les recroisa, retourna une carte : le neuf de Pique.

Un jet de fumée s’échappa de ses lèvres fardées, discret, longea le fume-cigarette noir, monta en spirales jusqu’à ses yeux d’un bleu-violet, légèrement en amandes.

Son index pianota le jeu étalé. Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. Elle souleva la carte, découvrit le Valet de Pique. Elle fit la grimace. Son doigt repartit. Un. Deux. Trois. Quatre. Cinq. L’As de Pique ? Encore du noir ? Mauvais tout ça…

D’une chiquenaude, elle repoussa les cartons de malheur et remélangea le tout. Son œil tomba sur sa montre-bracelet qu’éclaboussaient des pierreries. Une plombe du mat ? La recette s’annonçait maigre ! Elle redisposa les cartes d’une main experte, en femme habituée à truquer avec la vie.

Du fond du bar baigné dans une lumière propice, monta un gloussement d’homme chatouillé. Vicky tourna son beau visage aux joues creuses, aux pommettes saillantes en cette direction. Vautré sur une banquette, un micheton se faisait travailler au corps par Lili la Française, une Parigote dessalée, baptisée Quinze-Grammes, et par Véra de Bruxelles, une blonde moelleuse, bien en chair. Le cave était congestionné, rouge comme le velours de la banquette où il se prélassait.

Sur une table de verre qui arrivait à leurs genoux, étaient posés trois coupes et un seau à glace d’où émergeait le col d’une rouille de Pol Roger. Deux autres roteuses, mais vides, étaient rangées à leurs pieds.

Vicky fronça ses sourcils, dont le tracé accentuait l’oblique du regard.

Deux heures que le clille était là ! Et tout ce que les filles avaient réussi à lui faire dècher étaient trois malheureuses rouilles ! À quoi elles rêvaient ? Il était temps de les secouer ! Elle se leva, s’étira. Son corps ondula. Quel sujet ! Un mètre soixante-dix, longue, souple, renflée où il fallait. Un fourreau de soie verte lui plaquait à la peau, pire que si elle s’était balancée à la flotte toute habillée.

Sur une autre, cette robe aurait paru vulgaire. Pas sur Vicky. Elle avait de la classe. Cette classe qu’on obtient en naissant. Une ceinture de daim marron cernait sa taille restée mince en dépit de la trentaine proche. Des tartines à hauts talons, du même daim marron, la chaussaient. Elle avait le pied plutôt petit, la jambe excitante. Une raie de côté séparait ses cheveux d’un blond pâle qui croulaient sur ses épaules rondes. Une frange en barrait son front intelligent. Elle logea une autre Camel dans son fume-cigarette, l’alluma d’un briquet en jonc et se dirigea vers le fond. Sa croupe houlait doucement, lascivement. Sous le fin tissu, le slip se devinait. À part lui, on la sentait nue là-dessous. Fallait pas regarder sinon c’était plus fort que soi, on avait envie de toucher.

Derrière elle, le rideau de perles qui voilait l’entrée de la boîte, bruissa. Vicky lorgna par-dessus son épaule. James Cagney, le rebatteur de la maison, pénétrait dans le bar. Son veston était ouvert sur son chandail dont le col roulé soulignait la dureté du menton. Il n’avait pas fauché son surnom ! Le célèbre acteur devait être comme lui à 35 piges. La même taille, la même gueule, les mêmes gestes. Vicky fit demi-tour, alla au-devant de lui. Il repoussa en arrière sa casquette bleue à visière de cuir, découvrant ses cheveux blonds ondulés. Il lâcha, devant la muette interrogation de Vicky.

— Y a un client du Moulin-Rouge, place de Brouckère. Bourré d’oseille. Toutes les sœurs sont sur lui. Mais il ne veut pas en entendre parler. D’après ce que j’ai compris, il cherche une môme genre bébé. J’ai pensé que Quinze-Grammes…

— Pourquoi que tu ne l’as pas ramené ici ? coupa Vicky.

Le rabatteur écarta des bras impuissants.

— Rien à faire !… Il est pion comme un Polonais.

— Où est-il ?

— À l’Étoile d’Or. Envoies-y la môme ! Peut-être qu’elle réussira à le détrancher !

Vicky n’hésita pas. Elle n’hésitait jamais.

— Attends là ! jeta-t-elle, en retournant vers le fond du bar.

Elle s’approcha de la table, sourit au client.

— Vous allez m’excuser, Jacques ! Je suis obligé de vous enlever une de ces demoiselles.

L’homme, dont la cravate était dénouée, les boutons de chemise défaits, se rebiffa mollement.

— Ah ! Non, Vicky ! J’avais l’intention de les emmener toutes les deux !

Son doigt boudiné désignait une porte à moitié cachée par une tenture cramoisie.

La bouche de Vicky s’élargit, découvrant ses dents saines à l’émail intact en dépit de l’abus du tabac. Elle gourmanda, de sa voix rauque qui énervait les hommes :

— Voyons Jacques ! Deux filles à votre âge ? Gros gourmand ! Soyez raisonnable, laissez-moi Lili !

Indiquant Véra de Bruxelles de sa main baguée :

— Véra va s’occuper de vous. Vous verrez que vous en serez content !

Elle se pencha vers l’homme qui la dévorait de ses yeux troubles.

— Allez mon chou, soyez compréhensif ! J’ai besoin de Lili !…

Le micheton, dont le regard plongeait dans le décolleté de soie verte, allongea une main goulue. Vicky l’évita en se redressant, sans cesser de sourire. Seule sa bouche riait. Ses yeux, non. Ils ne riaient jamais. Ils ne riaient plus depuis qu’à Berlin, en avril 45, une escouade de soldats victorieux l’avait passée en série. Onze ans de ça. Elle venait d’en avoir 18… Le bel âge pour une jeune fille. Celui des premiers rendez-vous, des baisers sous la lune, des promesses échangées…

Elle eut un geste vers Lili, accompagné d’un clin d’œil. Quinze-Grammes se pencha vers l’homme, plaqua un baiser rapide dans son cou sanguin et se leva. Elle était toute jeunâbre, 20 piges à peine. Un tailleur noir, sobre, élégant, moulait son corps de femme-enfant. Sous la soie blanche du chemisier, ses seins menus perçaient, leurs pointes semblaient interroger le plafond. Des vernis noirs emprisonnaient ses pieds cambrés. Ses jolies jambes étaient gainées de nylon sombre. Sombres également étaient ses cheveux qui encadraient sa frimousse pâle aux yeux noirs brillants, faussement candides. Un beau bébé !

— Prends ton sac et rejoins James, lui souffla Vicky. Il va t’emmener. Un client à rabattre. Dépêche-toi.

D’un léger signe, la gosse montra qu’elle avait pigé. Se plantant devant le cave, elle susurra, aguichante :

— Qu’est-ce qu’on dit à son bébé qui s’en va ?

— … Soir, maugréa l’homme dont la main venait de se perdre sous la jupe plissée de Véra.

— C’est tout ? s’étonna Quinze-Grammes. On lui donne pas un petit viatique ?

— De quoi ? s’étrangla le lavedu. Un viatique ? Plus souvent ! Tu me laisses sur ma faim et tu voudrais…

Читать дальше

Шрифт:

Интервал:

Закладка:

Сделать

Похожие книги на «Du rififi chez les femmes»

Представляем Вашему вниманию похожие книги на «Du rififi chez les femmes» списком для выбора. Мы отобрали схожую по названию и смыслу литературу в надежде предоставить читателям больше вариантов отыскать новые, интересные, ещё не прочитанные произведения.


Henri Troyat: La neige en deuil
La neige en deuil
Henri Troyat
François Cérésa: Les princes de l'argot
Les princes de l'argot
François Cérésa
Caryl Férey: Plus jamais seul
Plus jamais seul
Caryl Férey
Auguste Le Breton: Du rififi à New York
Du rififi à New York
Auguste Le Breton
Отзывы о книге «Du rififi chez les femmes»

Обсуждение, отзывы о книге «Du rififi chez les femmes» и просто собственные мнения читателей. Оставьте ваши комментарии, напишите, что Вы думаете о произведении, его смысле или главных героях. Укажите что конкретно понравилось, а что нет, и почему Вы так считаете.