Lisa Smith: Le reveil

Здесь есть возможность читать онлайн «Lisa Smith: Le reveil» весь текст электронной книги совершенно бесплатно (целиком полную версию). В некоторых случаях присутствует краткое содержание. год выпуска: 2009, ISBN: 978-2012017641, издательство: Hachette Jeunesse, категория: Ужасы и Мистика / на французском языке. Описание произведения, (предисловие) а так же отзывы посетителей доступны на портале. Библиотека «Либ Кат» — LibCat.ru создана для любителей полистать хорошую книжку и предлагает широкий выбор жанров:

любовные романы фантастика и фэнтези приключения детективы и триллеры эротика документальные научные юмористические анекдоты о бизнесе проза детские сказки о религиии новинки православные старинные про компьютеры программирование на английском домоводство поэзия

Выбрав категорию по душе Вы сможете найти действительно стоящие книги и насладиться погружением в мир воображения, прочувствовать переживания героев или узнать для себя что-то новое, совершить внутреннее открытие. Подробная информация для ознакомления по текущему запросу представлена ниже:

Lisa Smith Le reveil
  • Название:
    Le reveil
  • Автор:
  • Издательство:
    Hachette Jeunesse
  • Жанр:
    Ужасы и Мистика / на французском языке
  • Год:
    2009
  • Язык:
    Французский
  • ISBN:
    978-2012017641
  • Рейтинг книги:
    5 / 5
  • Ваша оценка:
    • 100
    • 1
    • 2
    • 3
    • 4
    • 5
  • Избранное:
    Добавить книгу в закладки

Le reveil: краткое содержание, описание и аннотация

Предлагаем к чтению аннотацию, описание, краткое содержание или предисловие (зависит от того, что написал сам автор книги «Le reveil»). Если вы не нашли необходимую информацию о книге — напишите в комментариях, мы постараемся отыскать её.

L’histoire se déroule dans la petite ville de Fell’s Church, calme et sans histoires. Ce calme apparent est chamboulé le jour de l’arrivée de Stefan Salvadore, un jeune lycéen italien mystérieux. Une vague de meurtres et d’agressions secoue alors la ville, Stefan est le coupable idéal désigné. Elena, folle amoureuse du jeune garçon, croit envers et contre tous en l’innocence de ce dernier. En effet, elle seule partage son terrible secret, secret qui risque bien de la mettre en danger. Quelques siècles plus tôt, Katherine, la femme qu’il aimait et qui ressemble étrangement à Elena, l’avait transformé en vampire. Mais pas lui uniquement, Damon — son frère, aussi… Depuis la mort de la jeune femme dont Stefan se sent inutilement responsable, les deux frères nourrissent l’un envers l’autre une haine féroce qui les conduit à vouloir se détruire mutuellement. Insouciante, Elena est loin de se douter qu’elle est l’objet des convoitises des deux frères et que l’amour qu’elle porte à Stefan risque bien de la conduire à sa propre perte…

Lisa Smith: другие книги автора


Кто написал Le reveil? Узнайте фамилию, как зовут автора книги и список всех его произведений по сериям.

Le reveil — читать онлайн бесплатно полную книгу (весь текст) целиком

Ниже представлен текст книги, разбитый по страницам. Система автоматического сохранения места последней прочитанной страницы, позволяет с удобством читать онлайн бесплатно книгу «Le reveil», без необходимости каждый раз заново искать на чём Вы остановились. Не бойтесь закрыть страницу, как только Вы зайдёте на неё снова — увидите то же место, на котором закончили чтение.

Le Journal d’un vampire: Tome 1

Le reveil

1.

4 septembre

Je sens qu’il va se passer quelque chose d’horrible aujourd’hui.

Mais pourquoi est-ce que j’ai écrit ça ? Je n’ai aucune raison d’être inquiète, après tout… même si je viens de me réveiller avec une trouille affreuse… Il est 5 h 30 du matin. Je ne sais absolument pas d’où me vient cette peur… C’est sans doute le décalage horaire avec la France qui m’a complètement chamboulée. Mais pourquoi est-ce que je me sens si angoissée, et surtout, comme une étrangère ici ?

Ça a commencé avant-hier ; en rentrant de l’aéroport avec tante Judith et Margaret. Je me sentais déjà toute bizarre, et quand la voiture s’est engagée dans notre rue, j’étais persuadée que papa et maman nous attendaient à la maison, qu’ils étaient sur le perron, ou dans le salon, à nous guetter. Je devais leur avoir tellement manqué !

Je sais, ça paraît dingue. Même après avoir découvert le perron désert, je restais convaincue qu’ils étaient là. J’ai couru à la porte et frappé jusqu’à ce que tante Judith l’ouvre. Je me suis précipitée dans l’entrée, puis je me suis arrêtée pour guetter le bruit des pas de maman dans l’escalier et la voix de papa depuis son bureau.

Tout ce que j’ai entendu, c’est le bruit sourd de la valise de tante Judith, derrière moi. « Enfin à la maison ! » a-t-elle soupiré. Margaret s’est mise à rire alors que moi, je ne m’étais jamais sentie aussi mal de toute ma vie. J’avais l’impression d’être une étrangère dans ma propre maison, et c’était horrible.

Désormais, l’expression « être à la maison » ne veut plus rien dire pour moi, et le pire, c’est que j’ignore pourquoi. C’est ici que je suis née, à Fell’s Church, et j’ai toujours habité dans cette maison. Il y a encore, sur le plancher de ma chambre, les traces de brûlure du jour où Caroline et moi avons essayé de fumer, à dix ans, et nous sommes à moitié étouffées. De ma fenêtre, j’aperçois le grand cognassier dans lequel, il y a deux ans, Matt et ses copains ont grimpé pour nous espionner, mes copines et moi, quand nous dormions toutes dans ma chambre, le soir de mon anniversaire. C’est bien mon lit, mon fauteuil, ma coiffeuse et pourtant, tous ces objets qui devraient m’être familiers me sont étrangers. J’ai l’impression que je n’ai rien à faire ici. Le plus angoissant, c’est que je ne sais absolument pas où je pourrais me sentir à ma place.

J’étais trop crevée hier pour aller au lycée, même si c’était la rentrée. Meredith a appelé à la maison pour me donner mon emploi du temps, mais je n’avais envie de parler à personne. Tante Judith a expliqué à tous ceux qui ont téléphoné pour prendre de mes nouvelles que je dormais à cause du décalage horaire. Pendant le dîner, j’ai surpris son regard inquiet.

Aujourd’hui, il faut que j’aille au lycée : on doit tous se retrouver sur le parking avant les cours. Peut-être que c’est ce qui m’angoisse… Peut-être que ce sont les autres qui me font peur…

Elena Gilbert posa son stylo et relut la dernière ligne. Soudain, elle balaya son bureau du revers de la main : le petit carnet à couverture de velours bleu ainsi que le stylo allèrent heurter la fenêtre. Toute cette histoire était complètement ridicule. Depuis quand, elle, Elena Gilbert, avait-elle peur de rencontrer des gens ? Ou de quoi que ce soit, d’ailleurs ?

Elle se leva et passa fébrilement un kimono de soie rouge, sans même se regarder dans le miroir de sa jolie coiffeuse en merisier. Elle ne savait que trop ce qu’elle y verrait : la fille de terminale, blonde, mince, à la pointe de la mode, avec qui tous les garçons rêvaient de sortir et que toutes les lycéennes essayaient de copier… et dont le visage reflétait à cet instant une expression inhabituelle de malaise.

« Après un bon bain et un café, ça ira mieux », se dit-elle. Elle se trouva effectivement un peu calmée une fois sa toilette achevée. Elle prit même un certain plaisir à passer en revue les vêtements achetés à Paris. Son choix s’arrêta sur un haut rose et un short blanc cassé qui lui donnaient l’air d’un appétissant sundae à la fraise. Cette idée parvint à la faire sourire. Ses craintes semblaient définitivement envolées.

— Elena, qu’est-ce que tu fais ? Ta vas être en retard !

La voix, étouffée, montait de la cuisine. Elena brossa une dernière fois ses cheveux soyeux et les attacha avec un ruban rose. Puis elle attrapa son sac et descendit.

Dans la cuisine, sa sœur Margaret, âgée de quatre ans, mangeait des céréales, tandis que tante Judith faisait brûler une casserole. Celle-ci était toujours nerveuse. Elle avait un visage fin, des traits doux et des cheveux vaporeux souvent attachés à la va-vite. Elena lui colla un baiser sur la joue.

— Bonjour tout le monde ! Désolée, j’ai pas le temps de déjeuner.

— Mais, Elena, tu ne peux pas partir sans rien avaler…

— J’achèterai un beignet en route, répond-elle en embrassant sa sœur.

— Mais enfin…

— Et j’irai sans doute chez Bonnie ou Meredith après les cours. Ne m’attendez pas pour dîner. Salut !

— Elena…

Elle avait déjà refermé la porte, sourde aux protestations de tante Judith.

Dehors, elle s’arrêta net. Le malaise du matin la submergeait de nouveau : elle avait la certitude que quelque chose de terrible était sur le point de se produire. La rue était déserte. Les grandes maisons bordant Maple Street avaient l’air étrangement vide, abandonnées. Le plus étrange était qu’en dépit du calme, Elena se sentait épiée. Quelque chose l’observait, elle en était sûre. Peut-être que cette impression lui venait simplement du ciel bas et de l’air étouffant…

Dans les branches du vieux cognassier, devant la maison, elle aperçut une forme. C’était un corbeau, posé tranquillement au milieu des feuilles jaunes. Il la regardait ! Elle tenta de se raisonner, de se dire que c’était ridicule. Pourtant, elle ne parvint pas à se débarrasser de cette idée. Elle n’en avait jamais vu de si gros. Il avait un plumage noir aux reflets irisés, des serres ainsi qu’un bec acérés, et un œil noir étincelant. Il était immobile au point qu’on aurait pu le croire empaillé. En l’examinant, Elena sentit le feu lui monter au visage : il l’observait, effectivement, d’un regard qui lui rappelait celui des garçons lorsqu’elle portait un maillot de bain ou un chemisier transparent…

Sans réfléchir, elle lâcha son sac et ramassa un caillou.

— Va-t’en de là ! dit-elle d’une voix que la colère faisait trembler. Fous le camp !

Elle lança son projectile. Des feuilles volèrent, le corbeau s’éleva dans les airs sans que la pierre l’ait atteint. Ses ailes immenses se déployèrent si bruyamment qu’on l’aurait cru accompagné de plusieurs oiseaux Il passa juste au-dessus d’Elena, qui se baissa, paniquée Ses cheveux blonds se soulevèrent sous l’effet du mouvement. L’oiseau prit de l’altitude et s’éloigna avec un croassement sinistre en direction de la forêt, Se redressant avec précaution, Elena lança un coup d’œil à la ronde, gênée à l’idée que quelqu’un ait pu la voir. Tout semblait normal : elle se rendit compte à quel point son geste de défense avait été démesuré. Une petite brise vint agiter les feuilles, et elle respira de nouveau. Un peu plus loin dans la rue, une porte s’ouvrit et des enfants sortirent en riant. Elle leur sourit, inspira une nouvelle fois profondément. Un grand soulagement l’envahit. Pourquoi avait-elle réagi aussi bêtement ? C’était le début d’une belle journée, rien de désagréable ne pouvait survenir.

Читать дальше

Похожие книги на «Le reveil»

Представляем Вашему вниманию похожие книги на «Le reveil» списком для выбора. Мы отобрали схожую по названию и смыслу литературу в надежде предоставить читателям больше вариантов отыскать новые, интересные, ещё не прочитанные произведения.


Lisa Smith: L'Attaque
L'Attaque
Lisa Smith
Lisa Smith: The Awakening
The Awakening
Lisa Smith
Juliette Benzoni: La chambre du Roi
La chambre du Roi
Juliette Benzoni
libclub.ru: книга без обложки
libclub.ru: книга без обложки
Léon Tolstoï
Léon Tolstoï: Anna Karénine Tome I
Anna Karénine Tome I
Léon Tolstoï
Отзывы о книге «Le reveil»

Обсуждение, отзывы о книге «Le reveil» и просто собственные мнения читателей. Оставьте ваши комментарии, напишите, что Вы думаете о произведении, его смысле или главных героях. Укажите что конкретно понравилось, а что нет, и почему Вы так считаете.